Canalisations spirituelles

Message reçu le 15 avril 2020

 

    Chers frères,

 

    je vous salue du fond de cœur.

 

   Vous êtes arrivés au croisement des chemins, là où tout est possible, toutes les voies sont ouvertes. Vous avez deux possibilités – travailler sur soi ou rester comme vous êtes. La deuxième n´est pas le bon chemin, elle mène vers la stagnation. L´autre mène vers l´ouverture spirituelle, vers l´ouverture du cœur, l´ouverture du regard. Il y en a une grande quantité d´entre vous qui sont sir la première route. La deuxième est suivie par les gens qui voit que le bienfait de leur personne et de leur cercle.

 

    Pour suivre le première route, il faut se voir comme une unité du globalité, un microbe du bacille, un pétale du fleur.

 

    Le temps est venu pour accueillir les nouveautés, pour laisser fusionner le « moi » dans « nous ». moi, est tout, et tout est en moi.la vie n´a jamais été si facile pour vous. Vous avez atteintes une grand niveau d´évolution, mais vous avez oublié de vous occupé du votre esprit, de votre âme. Maintenant, il faut que vous équilibriez cet aspect de l´humanité. Jusqu´à maintenant, des petits groupes retirés se sont préoccupé de cette harmonie universelle, maintenant est votre tour. La vie est ouverte, il suffit de s´approcher des autres, gagner une confiance dans la relation mutuelle, dans la compréhension bilatérale. Vous êtes aidés, guidés, aimés, accompagnés. Vous avez tout les outils dans vos mains, utilisez les.

 

L´Archange Michael

 

 

Un conte canalisé
L'arbre de l'ange qui passe

 

 

    Un arbre. Sur un colline. Au-dessus du paysage. Seul. À droite, devant et à gauche au loin – les montagnes. Derrière son dos, une autre colline, un peu plus plus haute que la sienne.

 

    Ses branches jaillissent dans tout les sens et se chevauchent, se rencontrent, se séparent et se rejoignent ailleurs. Son tronc monte verticalement vers le ciel. A présent, il est robuste et il faut au moins cinq personnes pour l'enlacer. Oui, il adore les enlacements chauds et amicaux des humains. Mais depuis qu'il est si grand, plus personne ne l'enlace. De plus, ses racines sortent de la terre et les gens ne peuvent pas vraiment s'approcher de lui.

 

    Il aime les gens. Les gens lui rendent visite régulièrement. Ils viennent seuls, en couples, en groupes. Pas toujours silencieusement. Parfois, ils sont bien bruyants, ils rigolent...   Ils montent généralement à pied, mais aussi à cheval, en VVT et même en 4/4/ !

 

    Les gens viennent et amènent avec eux leurs douleurs, leurs désirs, leurs rêves, leurs songes, leurs illusions. Et à chaque leur pas, les gens perdent de minuscules parties d'eux-mêmes. Plus ils s'élèvent, plus il en perdent et plus ils sont légers. Un pas – et hop !- un rêve se détache de leur esprit et tombe dans la herbe. Une autre pas – hop ! -un désir inachevé qui rejoint le sol. Après plusieurs années, le sentier et la prairie de la colline sont couverts des songes des hommes.

   

    Un jour, l´arbre se sent seul. Il regarde les rêves des hommes qui brillent dans la rosée. « Et si je m'en servais pour décorer mes branches ? » se dit-il. Il demande au vent de soulever la masse de songes et de les accrocher à ses branches. Mais les rêves sont plus nombreux que ses branches. Alors, « hop »- sans hésitation, il se laisse pousser de nouvelles branches et -hop !- de nouvelles feuilles apparaissent pour accueillir les décorations brillantes. Et dés que l'arbre voit arriver d'autres personnes, il prépare les nouvelles pousses.

   

    Il est fier de ses ornements étincelants. Il les expose au soleil avec satisfaction pour que le soleil puisse jouer avec les reflets de ses rayons. Il laisse le vent de passer entre ces parures pour composer les mélodies encore inentendues.

   

    Mais au bout de moment, les rêves humaines deviennent trop lourds. Il y en a trop. Les branches s'inclinent au sol et tout les décorations humaines se transforment en fardeau. Un pesanteur trop difficile à porter. Sans s'en rendre compte, il est devenu l'Arbre aux songes. Il voudrait s'en débarrasser, s'en libérer, mais comment ? Il secoue ses branches, mais sans guère de résultat. Il demande au vent du nord de souffler sur lui, mais peu de rêves humains se détachent. Il à la pluie de tomber sur lui en torrent, mais tout en vain, peu d'ornements s'envolent. Quoi faire ? Il est trop lourd, ils se sent trop seul. Il réalise que les désirs humains ne connaissent pas de mesure. Les semaines passent sous le poids écrasant.

 

    Tout fatigué, il s'endort...et il fait un rêve. Dans son rêve, il se voit lire les messages des hommes accrochées sur ses feuilles. Le matin, il décide de créer son propre songe. Il recueille la rosée et la mélange aux messages. Puis, il crée un boule lumineuse et l'envoie dans le ciel. Et il attend…. attend.

 

    Finalement, le soleil se lève et réchauffe l'air. Le soleil commence à grandir, il brille de plus en plus, il devient brûlant. Du centre de sa lumière, une silhouette sort, haute, lumineuse, avec des ailes, entourée d'une brume légère, les yeux perçants. L'ailé façonne la boule entre ses mains à son tour. Tout les couleurs de l'arc-en-ciel s'y mêlent. Il souffle dessus et l'envoie sur l'arbre.

L'arbre se baigne dans cette lumière et toute sa pesanteur disparait, petit à petit. Il sent son tronc, la force revient dans ses racines, et après un long temps, il aperçoit la vrai couleur de ses feuilles. Il est libre désormais. Il est heureux.

 

    Les hommes visitent l'arbre sur sa colline encore aujourd’hui et à chaque pas continuent à semer leurs désirs. Mais depuis ce temps, l'arbre ne les touche plus. Quand il y en a beaucoup trop sur sa colline, il recrée son message de liberté, l'envoie au ciel et attend la lumière qui vient de les déloger. Et c'est ainsi que l'arbre aux songes est devenu l'Arbre de l'ange qui passe.

 

Avril 2017

transmit par l´Achrange Raziel